sam 12/12/2020 - 12:08

Alors que le tableau complet pour 2020 reste à établir, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, estime dans son rapport semestriel mid-year trends que plus de 80 millions de personnes sont désormais déracinées à travers le monde à la mi-2020.

D’une part, de nouvelles crises sont venues s’ajouter aux conflits déjà existants, d’autre part, la pandémie de Covid-19 a sérieusement détérioré les conditions de vie de ces personnes, déjà considérablement affectées par leur situation.

© UNHCR/Felipe Irnaldo

Malgré l’appel urgent lancé par le Secrétaire général des Nations Unies en mars dernier pour un cessez-le-feu mondial, les conflits et la persécution ont perduré pendant la pandémie.

« Aujourd’hui nous passons de nouveau un sombre jalon et cette hausse continuera sauf si les dirigeants mondiaux font cesser les guerres. »

Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

Pour les personnes déracinées, la pandémie de Covid-19 est devenue une crise supplémentaire de protection et de moyens de subsistance au-delà de la situation d’urgence pour la santé publique à travers le monde.

Certaines des mesures prises pour lutter contre la pandémie de Covid-19 ont rendu encore plus difficile la quête de sécurité pour les réfugiés. Ainsi, lors du pic de la première vague de la pandémie en avril dernier, 168 pays avaient complètement ou partiellement fermé leurs frontières, et 90 pays n’appliquaient aucun régime d’exception pour les personnes qui fuyaient en quête de sécurité. Depuis lors, avec le soutien et l’expertise du HCR, 111 pays ont trouvé des solutions pratiques pour assurer que leur régime d’asile est pleinement ou partiellement opérationnel, tout en veillant à prendre les mesures nécessaires pour lutter contre la propagation du virus.

Pour les statistiques annuelles, le HCR les publie chaque année au mois de juin, découvrez-les dans le cadre de son rapport sur les tendances mondiales.