jeu 18/03/2021 - 17:00

Deux dates importantes marqueront ce mois de mars, mais nous préfèrerions ne rien avoir à commémorer. Premièrement, cela fait maintenant 10 ans que la Syrie est plongée dans ce qui constitue la plus grande crise humanitaire du siècle. Ensuite, mars 2021 marquera également la première année d’existence de la Fondation suisse pour le HCR, Switzerland for UNHCR, créée afin de répondre aux besoins croissants de financement des activités du HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, ainsi que pour sensibiliser l’opinion publique sur la question des réfugiés et autres personnes forcées de fuir. Rappelons que le HCR est une organisation qui aurait dû cesser d’exister trois ans après sa création en 1950. C’est donc un anniversaire qui nous pèse. 

10 ans de conflits en Syrie

Pour  la grande majorité des réfugiés syriens, la situation ne s’est pas améliorée au fil de la décennie – et la pandémie de COVID-19 a défait une grande partie du progrès des dernières années. Plus de la moitié de la population syrienne a été forcée de fuir à cause du conflit brutal y ayant sévit. Aujourd’hui, ils sont 13 millions à avoir tout laissé derrière eux pour survivre. 13 millions de personnes dont le passé a été brisé, pour qui le présent est désormais difficile et l’avenir incertain. 

>70%
des réfugiés syriens vivent sous le seuil de pauvreté
6.6
millions de réfugiés syriens dans le monde
6,7
millions de Syriens déplacés à l’intérieur de leur pays
50%
des réfugiés syriens sont des enfants

Certains réfugiés sont arrivés avec des économies – mais ce qui semblait être une situation temporaire dure depuis 10 ans. De nombreux réfugiés syriens sont aujourd’hui endettés, et sans source de revenu. Leur situation précaire les rend dépendants de l’aide humanitaire, et la pandémie a durement touché les domaines qui étaient à l’origine des modestes revenus que certains s’étaient sécurisé au fil des années.
 
Aujourd’hui, la situation est alarmante : 5,5 millions des réfugiés syriens résident dans des pays avoisinants, en faisant face à la pandémie, au rude hiver, ainsi qu’à des conditions économiques toujours plus instables. Le Liban, par exemple, a enregistré un taux d’inflation de 175% en seulement un an, et 90% des réfugiés syriens y résidant se trouvent maintenant dans une situation d’extrême pauvreté.

© UNHCR/Bassam Diab

La fin des affrontements sur le territoire syrien a mené à une réduction de la couverture médiatique de la situation à laquelle font face les réfugiés, mais pas à la fin de leur calvaire. Trompeur, cet effet tend à reléguer les défis auxquels font face des millions de syriens à un second plan, alors qu’il s’agit toujours, dix ans après, d’une urgence humanitaire sans précédent. Le HCR continue à assister les réfugiés et déplacés internes sur place, mais cela n’est possible qu’avec l’aide de la communauté internationale et de la générosité des donateurs à travers le monde.

De plus, près de la moitié des réfugiés ont moins de 18 ans, et la pandémie a exacerbé la difficulté de poursuivre une éducation régulière. Ce n’est donc pas uniquement le présent d’une population vulnérable qui est en jeu, mais aussi le destin d’une génération entière. Une génération dont les espoirs et les rêves ont été brutalement interrompus par le conflit, et dont la reprise d’une vie normale semble toujours lointaine, même dix ans après. 

Ensemble, faisons tout notre possible afin que dans le futur, le nombre de dates marquant ces sombres anniversaires diminue.