Crise des Rohingyas

La crise des Rohingyas figure parmi les crises les plus importantes et les plus urgentes de notre temps. Les femmes, hommes et enfants constituant cette minorité voient depuis longtemps leurs droits bafoués et sont régulièrement victimes de persécutions.​

La situation des Rohingyas en quelques chiffres
Depuis 2017, les Rohingyas ont été plus de 800'000 à fuir la violence au Myanmar, un nombre qui continue d'augmenter. 
1,1 million
de réfugiés ont fui le Myanmar pour le Bangladesh depuis les années 1990
16'500
réfugiés rohingya arrivaient chaque jour au Bangladesh en 2018
600'000
personnes sur 13km2 à Kutupalong, le plus grand camp de réfugiés au monde
Plus de 60%
des arrivants sont des femmes et des enfants, et 49% sont mineurs
Un pays hôte sous pression

Les dernières violences à l'égard des Rohingya ont éclaté le 25 août 2017 dans l'État de Rakhine, poussant plus de 742'000 personnes à chercher refuge au Bangladesh.

La grande majorité des arrivants sont des femmes et des enfants, dont 40% ont moins de 12 ans.

Cet immense afflux de réfugiés exerce des pressions considérables sur les communautés hôtes et les structures et services du pays d'accueil. 

Une promiscuité aggravant les conditions sanitaires et sécuritaires

De nouvelles installations spontanées sont apparues du jour au lendemain, suscitant des préoccupations sur la disponibilité d'abris décents, d'eau, de services d'assainissement et d'accès aux services essentiels. 

La protection et la sécurité des femmes et des jeunes filles s'est aussi imposé comme un enjeu majeur.

Le camp de réfugiés de Kutupalong est devenu le plus grand du monde et abrite aujourd’hui plus de 600 000 personnes qui vivent dans une zone d’à peine 13 kilomètres carrés, poussant les infrastructures et les services à la limite de leurs possibilités.

Ils n'ont rien et ont besoin de tout. 

Ce que fait le HCR 

Au début de la crise, le HCR a acheminé par avion plus de 1 500 tonnes d'articles de première nécessité. Plus de 80 000 familles ont reçu des kits d'abris. 

Le HCR aide le gouvernement bangladais à répondre aux énormes besoins humanitaires et à assurer la protection des Rohingya et à remédier à leur apatridie. Il veille notamment à créer des espaces sûrs pour les victimes de violences sexuelles. 

Le HCR contribue à équiper les nouveaux sites via le financement et la construction d'abris, de routes, de latrines, de puits, le soutien à la planification des sites et la distribution de matériaux.​

Enfin, le HCR a acheminé une aide supplémentaire d'urgence au Bangladesh pour protéger les réfugiés et les communautés hôtes contre les pluies de moussons qui augmentent les risques d'inondations et de glissements de terrains. 

Votre soutien est essentiel

En 2021, moins de la moitié des 318 millions de francs nécessaires pour faire face à cette crise ont été levés. Or, les Rohingya dépendent du HCR et de ses partenaires pour leur survie.

Une aide internationale supplémentaire s’impose d’urgence pour transformer l’intervention purement humanitaire et au jour le jour en une action dirigée sur les difficultés à moyen terme, notamment :

  • la résilience
  • l’éducation
  • l’enregistrement et les programmes destinés à protéger les réfugiés les plus vulnérables, en particulier les enfants, les femmes et les personnes ayant des besoins particuliers.